Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ?

  • : Le Blog du Renardo
  • Le Blog du Renardo
  • : des petits bonheurs, des reportages avec Renardo, un code des blogs, des textes décalés et de fines biographies, c'est ce que j'ai choisi de donner en lecture.
  • Contact

 

Je vous invite à cheminer sur ce blog,

et parcourir différentes rubriques :

Ainsi Renardo en reportage, Question du jour, les petits bonheurs,

le code des blogs et les

textes décalés.

 

Je vous souhaite une bonne lecture.

 




Texte libre


Expression du jour :
Je l'ai rencontrée aujourd'hui. Savez-vous ce que veut dire "l'enfer" d'une bibliothèque ????

C'est le rayon interdit, là où l'on range les auteurs sulfureux (type Sade, Céline...), les revues cochonnes...
L'enfer quoi !
L'Enfer de le bibliothèque Nationale a été créé en 1836. Aujourd'hui, le porno s'industrialise et se normalise au point que la notion d'obsédé sexuel est en passe de disparaître.


Archives

22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 21:41


<< Qu'aurait été ma vie si j'avais...>> fait différemment, qu'aurait été la France si Raymond Barre avait été président, qu'aurait été le monde si Marx n'avait jamais écrit "Le capital"... ? Les occasions perdues se sont toutes ces choses, de l'amour au métier, aux destins des sociétés qui auraient pu avoir une toute autre saveur si on avait fait des choix différents.
En déterminant ainsi des occasions perdues, on recrée ainsi une sorte d'histoire mythologique qui conduit au regret, aux sensations d'inachèvements, voire à l'amertume.
Denis se souvient : << J'étais parti aux Usa pour un stage de communication, lors des JO. Là-bas, on m'a proposé un contrat dans un grand média radiophonique. J'ai refusé parce que je voulais terminé mes études et aussi rester avec ma petite amie.>>
<<Mais le plat ne passe jamais deux fois. Actuellement, je suis guichetier à la poste>> poursuit-il tristement. Pour Denis, évidemment, s'il avait accepté ce poste ou ne serait-ce que rester en contact avec cete radio, la face de sa vie aurait été toute autre. Un peu comme s'il avait brouillé sa chance et sa carrière à ce moment-là. 
Pour beaucoup, ces décisons ou ces absences de décisions ont été capitales dans leur vie. Souvent, elles sont vécues comme irrémédiables.
A l'excés, une occasion dite perdue incline à expliquer les échecs voire à les justifier. Ce qui probablement est la source de l'insatisfaction, c'est de vivre ces temps passés comme irrémédiables et de ne trouver aucun intérêt à sa vie réelle et présente. Si l'on ne peut trouver du bonheur dans son propre jardin, alors pourquoi ne pas utiliser ces "occasions" comme des marqueurs de ce qui nous plaît vraiment ?
A regretter de ne pas avoir été plus assidu en cours d'anglais signifie peut-être qu'une ouverture aux langues est ce qui nous tente le plus. En reprenant le cours de ces occasions "perdues", on peut devenir plus motivé et conscient de nos désirs.

Repost 0
Published by popysabelle - dans Les petits bonheurs
commenter cet article
2 mai 2007 3 02 /05 /mai /2007 14:33

Voilà, j'ai un petit problème et c'est le genre de chose dont il est difficile de parler. Je suis dotée d'une hypersensibilité. Nombre de fois, je rêve ou ressens ce qui va se passer. Vous allez me dire que c'est génial, mais en fait , pas tant que ça. Car je n'arrive pas à gérer toutes les informations. Imaginez, quelqu'un qui me dit quelque chose et j'entends autre chose, soit la vérité soit ce qu'il va se passer. C'est très perturbant. Dernièrement, mon fiancé a voulu me faire une surprise; pour y parvenir , il a dû me mentir. Du coup dans ma tête, je n'avais que l'idée de ce mensonge et je ne dormais plus. Jusqu'à ce que la vérité vienne, et là je fus soulagée. Soulagée certes, mais après 15 jours d'insomnies, d'ultimatum, de menaces... J'ai du mal à lui faire comprendre ce petit don... mais plus encore, j'ai du mal à le gérer. Si ce que l'on me dit est différent de ce que je ressens, alors, je crie au mensonge.
Que faire ?
Repost 0
Published by Popysabelle - dans Les petits bonheurs
commenter cet article
21 avril 2007 6 21 /04 /avril /2007 20:41

J'ai une super recette de cookies, très facile et bien-sûr, super bonne. Le point principal est la cuisson. Il faut absolument respecter le temps de cuisson, sinon les cookies deviennent aussi durs que du calcaire. Et oui, madame ...

Alors les ingrédients :
Vous pouvez choisir le parfum que vous voulez (chocolat, noix de pécan, amande...). Là , je choisis amande...trop bon, ça ressemble aux amerreti italiens !

- 250 g de farine
-250 g d'amande râpée
-1/2 sachet de levure chimique
-1 pincée de sel
-1 oeuf
-125 g de sucre blanc en poudre
-125 g de sucre roux "cassonade" (ce qui va donner le côté croustillant)
-125 g de beurre ramolli
-concentré d'amande amère
-un peu de lait (ça assouplit les cookies)

et du papier sulfurisé
il faut aussi un four et deux saladiers

                                

Dans un saladier, je mélange l'oeuf et le sucre blanc, puis, lorsque le mélange a blanchi, je rajoute le beurre ramolli et quelques gouttes de concentré d'amande amère. (comme ça a du mal à se mélanger, on peut utiliser un batteur).
Dans l'autre saladier, je mélange la farine, l'amande râpée et le sucre roux; puis le sel et la levure.
Enfin, je verse le premier mélange mouillé sur le mélange sec. Cela donne une pâte assez compacte que je peux mouiller avec un peu de lait (1/2 verre). La pâte a un aspect sablé, c'est normal.
Je chauffe le four thermostat 7.

Je mets le papier sulfurisé sur une ou deux  (plutôt deux vu les quantités) plaques et je fais des cookies (quantité d'une cuillère à soupe) sur le papier sulfu.
Je veille à bien les espacer (environ 4 cm, ça va gonfler).
J'enfourne.

Et là, attention, 9-10 minutes pas plus ! Vous allez être surpris, les cookies sont encore tout mous, mais c'est un leurre, en fait , ils sont cuits.Je les sort, les mets sur une assiette en les protégeant avec du papier alu (ça les assouplit).

Et puis voilà. Miam

petit conseil : super bons avec du café ...

Cette recette fera un malheur auprès de vos collègues de bureau !!! Quant on travaille dans un bureau , il faut toujours avoir "sa" recette" très simple et trop bonne pour montrer qu'on n'est pas qu'une working girl, qu'on a aussi une vie dans sa ...cuisine !

Repost 0
Published by Popysabelle - dans Les petits bonheurs
commenter cet article
16 avril 2007 1 16 /04 /avril /2007 23:53

J'essaye perpétuellement d'avoir du plaisir dans ce que je fais, donner un tour plaisant à mes journées. En plus, dans mon éducation, j'ai appris à réprimer des énergies "négatives" comme la colère, la plainte, l'humeur maussade. Je considère certainement ces choses comme de la mauvaise éducation.

Mais n'est-ce pas utopiste que d'essayer de vivre perpétuellement en énergies positives, dans le respect d'autrui ?

A bien y réfléchir, je pense que cela a ses limites. D'une part parce que lorsque je ressens de telles émotions "négatives" chez l'autre, je le reconnais, ça m'agace. D'autre part, parceque j'ai également des énergies négatives qui me traversent.
En fait, j'ai l'impression qu'à chaque émotion ou sentiment correspond son opposé. Un peu comme si notre architecture émotionnelle fonctionnait comme du courant, avec un pôle - et un pôle +. Lorsque j'expose un pôle, je refoule un autre, qui finit par m'exploser au visage.
Mon éducation m'interdit de "déplaire" à l'autre. Lors d'un récent repas de famille, mon beau-frère, qui fonctionne généralement en mode "agressif" en perpétuelle conquête de territoire, m'a justement agressé verbalement. J'ai tenté de lui répondre et de refuser son agression. Chose assez inconcevable pour certains qui préfèrent le subir...
Au fond de moi, il y avait une petite voix qui me chuchotait : <<Mais pourquoi ne réprime-t-il pas son agressivité et n'essaye-t-il pas d'être plaisant ?>>

Evidemment, cette histoire me permet de réveler ma part d'ombre. En même temps qu'il m'est impossible de subir autant d'énergies négatives...mais pour m'en défendre, je dois bien sûr en passer par une certaine réaction d'agressivité. Sorte de pulsion animale, l'instinct de survie.

Voilà comment j'ai appris que j'étais moi aussi un ours, polaire...


Repost 0
Published by Popysabelle - dans Les petits bonheurs
commenter cet article
14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 18:14
Petite liste des petits trucs qui font trop plaisir

Le rythme de la vie est parfois si rapide qu'on oublie d'écouter notre petite voix intérieure qui nous supplie de respirer un peu.
Parce que je l'oublie souvent et particulièrement quand je devrais l'écouter, je me mets des petits pense-bêtes sur mon frigo des trucs-que-j'aime-faire. Je repense alors à ce moment agréable et je mets un grand sourire dans mon âme.

Voici quelques petits trucs :

- marcher sur un trottoir côté ensoleillé  
- me mettre du vernis rouge taffetas, y compris sur les ongles de pieds
-obtenir le maximum d'échantillons de crème dans une parfumerie
-recueuillir des pièces de monnaie oubliées dans une machine à café
-aller me faire un brushing "vamp" chez un coiffeur, comme ça, pour rien
-me faire un peeling maison avec du sucre en poudre et du miel
-écrire un mot d'amour à mon chéri
-relire tous les SMS d'amour de mon chéri
.....et plus encore

Et vous, vous avez des petits bonheurs ?
Repost 0
Published by Popysabelle - dans Les petits bonheurs
commenter cet article
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 21:14


Par nature, un enfant est spontané, léger, créatif. L'âge aidant, on apprend à rationaliser, à se juger et à perdre un peu de cet enfant intérieur. L'enfant qui a envie de rire, de créer, de croire aux fées...Pour ma part, et parce que mon métier m'empêche de jouer et d'exprimer ma créativité, j'aime bien jouer avec les mots voire célébrer l'inventivité du langage. Pour varier les habitudes, sortir des sentiers battus, inventer des mots est une véritable gymnastique anti-morosité. Dans ce sens, Almaterra propose un dictionnaire de mots inventés ouvert à l'imaginaire des blogueurs, confrontés au problème de la créativité.
Voici le lien : almaterra.over-blog.com/article-6311287.html

Je ne suis pas peu fière de vous montrer ce lien, il y a un mois de cela, j'étais incapable de réaliser ce genre de prouesse technique. Le blogage permet à beaucoup d'entre nous de développer cette créativité, de connaître l'angoisse de la feuille blanche...

Ce serait bien, avec la nouvelle forme d'over-blog, de créer une communauté "inventivité du langage"..qu'en pensez-vous ?


Repost 0
9 avril 2007 1 09 /04 /avril /2007 10:45

Je m'intéresse aux méthodes de développement personnel ; cela dit parfois, j'ai du mal à choisir entre certaines. Je me demande par exemple que choisir entre la technique du "lâcher-prise" et celle du dialogue avec l'inconscient qui consiste à mobiliser ses ressources ? En fait, je les trouve contradictoires.
Le lâcher-prise c'est une technique du détachement, du non-désir. Comme rien n'est attendu, comme on ne s'attache à rien et que tout doit arriver comme cela doit arriver, on n'a pas de tristesse, de manque ou de frustration. L'idée, c'est que toutes nos turpitudes viennent de nos désirs.
A l'inverse, les diverses méthodes de "dialogue avec l'inconscient" partent du principe que nous avons des ressources et que nous pouvons les mobiliser. C'est le principe même de la prière qui consiste à demander quelque chose, de mobiliser son inconscient pour "recevoir". C'est aussi le principe de diverses méthodes de "positivation", comme la méthode Coué.
Aussi, je trouve une certaine contradiction entre ces deux thèmes.
Pire encore, je trouve dans un même temps que ces deux méthodes ont leur intérêt et leur vérité.
Ma prof de yoga me dit qu'il faut laisser faire les choses et ne pas désirer, à trop demander, les choses finissent par s'éloigner.
A l'inverse, le christianisme dit que l'on "ouvre à celui qui frappe". Je suis donc dans l'expectative.

Toutefois, j'ai quand même une préférence. Je n'aime pas l'idée que les choses arrivent parce qu'elles doivent arriver et que l'effort n'a pas de raison d'être. En revanche, l'idée que l'on peut évoluer en conscience me semble plus juste.
Quant à l'efficacité, je n'en sais rien. Quant au vrai absolu, je n'en sais rien non plus.





Repost 0
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 22:39


Qu'est-ce qu'un mandala ? C'est une figure généralement ronde, qui présente des motifs géographiques. Le mandala est utilisé dans de nombreuses religions, dans le cadre d'activités méditatives. On en trouve des indous, des tibétains, mais également chez les chrétiens sous forme de rosace en vitrail par exemple.
Ces mandalas sont généralement structurés selon des formes et des couleurs bien spécifiques ; cependant, chacun peut réaliser son mandala.







Pour ma part, j'aime bien colorier des mandalas selon mon goût, mon désir du moment. Cela me fait penser au dimanche d'avant, quand je coloriais sur la table familiale. Colorier permet de se concentrer, d'oublier les choses négatives. Après, je vous assure, on se sent libre, apaisé et prêt à d'autres activités.
J'utilise souvent cette technique après une dure journée de travail. Mon seul souci devient : mais quelle couleur je vais mettre là ???
Et ça marche.

Je voulais faire un lien avec un mandala en A4 mais je n'ai pas su faire les liens...

Repost 0
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 21:18


Mon boudoir, je le vois comme un coin intime, retiré du monde. Un endroit où l'on peut ne rien faire, lâcher-prise. Une pièce sans fonction particulière, un espace à soi où l'âme vaticine.

Il y aurait un sofa rouge et des poufs en soie, des tentures moirées et des pampilles colorées. Je mettrais dans une vasque des pétales de roses rouges et des effluves de jasmin dans de petits encensoirs. Dans ce boudoir vivront tous mes trucs à petits bonheurs.

En regardant dans le dictionnaire, je me suis demandée si "bouder" avait un lien avec "boudoir". On peut dire que oui. En effet, bouder, c'est se retirer un peu, manifester en silence son mécontentement et ses humeurs.
Voici ce que dit l'essayiste Alain à ce Propos :

C'est choisir son mal; c'est se venger de soi sur soi. L'enfant essaie cette méthode d'abord. Il crie de crier ; il s'irrite d'être en colère et se console en jurant de ne pas se consoler, ce qui est bouder. Faire peine à ceux qu'on aime et redoubler pour se punir. Les punir pour se punir. S'obstiner à être obstiné.



Précisemment, mon boudoir à petits bonheurs est à l'inverse de cette méthode. Cela dit, à bien réfléchir, il m'arrive d'expérimenter cette torture de salon avec les êtres que j'aime le plus et dont je teste l'attachement. Or, un bonheur, c'est tout le contraire.

Donc, mon premier objectif dans ce boudoir sera d'interroger cette furieuse envie de punir, de prolonger ma souffrance dans une étrange position d'orgueil pour m'en débarrasser.
Ce sera un boudoir pour "débouder"....




Repost 0
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 15:19

Pour exercer sa créativité, il y a plein de petites astuces simples et pas chères pour peupler son quotidien de pensées extravagantes.

Hier matin, j'étais dans le bus. Il était à l'arrêt. Le chauffeur regardait le plan de son itinéraire.

J'ai imaginé alors que tout se passerait differemment, le chauffeur emprunta un chemin improbable, les occupants du bus courraient de partout. Nous longeames le canal du midi pour nous retrouver jusqu'à la mer et sauter dans les vagues...

Ce petit divertissement matinal, m'a donné une sorte de sourire intérieur, un petit bonheur.

Imaginez un peu une scène qui défie les règles des lois habituelles, vous verrez, c'est vivifiant.

 

Repost 0