Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ?

  • : Le Blog du Renardo
  • Le Blog du Renardo
  • : des petits bonheurs, des reportages avec Renardo, un code des blogs, des textes décalés et de fines biographies, c'est ce que j'ai choisi de donner en lecture.
  • Contact

 

Je vous invite à cheminer sur ce blog,

et parcourir différentes rubriques :

Ainsi Renardo en reportage, Question du jour, les petits bonheurs,

le code des blogs et les

textes décalés.

 

Je vous souhaite une bonne lecture.

 




Texte libre


Expression du jour :
Je l'ai rencontrée aujourd'hui. Savez-vous ce que veut dire "l'enfer" d'une bibliothèque ????

C'est le rayon interdit, là où l'on range les auteurs sulfureux (type Sade, Céline...), les revues cochonnes...
L'enfer quoi !
L'Enfer de le bibliothèque Nationale a été créé en 1836. Aujourd'hui, le porno s'industrialise et se normalise au point que la notion d'obsédé sexuel est en passe de disparaître.


Archives

18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 16:05

Ce qui laisse penser que le monde blog est une communauté c'est précisément l'existence de modes de bannissement et la constitution d'une contre-communauté qui développe ses propres codes et stratégies.

Une plateforme comme OB met en place une superstructure qui permet de créer des blogs et des forums de conversation qui ont pour fonction l'échange et l'entraide. C'est précisément là l'entrée en jeu des "Trolls", par allusion aux monstres laids et déplaisants de la mythologie nordique. Le troll désigne un blogueur ou un groupe de blogueurs qui tentent de faire dégénérer les discussions en conflits en poussant les autres participants à la polémique inutile.
Par extension, le troll désigne une intervention qui n'a aucun but constructif ou informatif. Crier "au troll !" peut s'avérer un outil de diffamation ou de discrédit.
Le trolling se nourrit essentiellement de contributeurs involontaires qui se laissent harponner et qui croient participer à une véritable polémique. Le troll s'enrichit des instincts de sociabilité propres aux humains.
Les objectifs du troll sont multiples, du simple amusement, la constitution d'un groupe de pression fort d'une certaine capacité de nuisance, à la volonté de détruire un forum ou un blog.
Généralement, le trolling exaspère les nouveaux arrivants qui ne comprennent rien aux enjeux, à moins qu'ils ne tentent de s'y adapter par une sorte de mimétisme propres aux réflexes de sociabilité qui caractérisent les communautés humaines.

Nous tenterons dans une prochaine contribution de décrire les modes d'action de ces participants.
Repost 0
Published by Renardo - dans le code des blogs
commenter cet article
17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 17:11


Google, c'est le moteur de recherche le plus utilisé et , dit-on, le plus puissant. A fortiori, c'est aussi l'annuaire de référencement le plus recherché. De son développement par deux étudiants jusqu'à son entrée en bourse, Google impose ses critères culturels et démocratiques. Ses deux axes principaux, c'est organiser toute l'information du monde et "don't be evil". Une éthique de la démocratisation et de la gentillesse qui n'est pas sans rappeler le combat titanesque du bien contre le mal.
La plupart des plateformes blogs et forums pratique cette éthique. Ainsi, sur OB, la politesse et l'orthographe constituent de véritables règles communautaires auxquelles s'ajoutent une véritable politique d'efficacité qui consiste à trouver tous les moyens d'être bien référencé.

Ce bon référencement passe notamment par la mise en valeur de mots "accrocheurs", c'est-à-dire les plus recherchés. Il est à craindre que certains mots non googelisables finissent par disparaître ou se faire oublier.

Les bloggueurs tentent de se faire reconnaître à travers leur classement. Apparaître en première page de google relève de la performance ; a contrario, reculer de quelques pages est vécu comme un échec.

A l'inverse, d'autres groupes ont choisi des voies "déviantes" de reconnaissance à l'aide de moyens virtuels comme le "flood", le troll, le "flamebait" dont il existe des "bibles", des modus operandi, des mythes fondateurs... Cette micro contre-société s'applique à refuser le ré-enchantement du monde. Nous tenterons dans un prochain article de dévoiler un peu plus ce folklore du net.




Repost 0
Published by Renardo - dans le code des blogs
commenter cet article
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 21:18


Mon boudoir, je le vois comme un coin intime, retiré du monde. Un endroit où l'on peut ne rien faire, lâcher-prise. Une pièce sans fonction particulière, un espace à soi où l'âme vaticine.

Il y aurait un sofa rouge et des poufs en soie, des tentures moirées et des pampilles colorées. Je mettrais dans une vasque des pétales de roses rouges et des effluves de jasmin dans de petits encensoirs. Dans ce boudoir vivront tous mes trucs à petits bonheurs.

En regardant dans le dictionnaire, je me suis demandée si "bouder" avait un lien avec "boudoir". On peut dire que oui. En effet, bouder, c'est se retirer un peu, manifester en silence son mécontentement et ses humeurs.
Voici ce que dit l'essayiste Alain à ce Propos :

C'est choisir son mal; c'est se venger de soi sur soi. L'enfant essaie cette méthode d'abord. Il crie de crier ; il s'irrite d'être en colère et se console en jurant de ne pas se consoler, ce qui est bouder. Faire peine à ceux qu'on aime et redoubler pour se punir. Les punir pour se punir. S'obstiner à être obstiné.



Précisemment, mon boudoir à petits bonheurs est à l'inverse de cette méthode. Cela dit, à bien réfléchir, il m'arrive d'expérimenter cette torture de salon avec les êtres que j'aime le plus et dont je teste l'attachement. Or, un bonheur, c'est tout le contraire.

Donc, mon premier objectif dans ce boudoir sera d'interroger cette furieuse envie de punir, de prolonger ma souffrance dans une étrange position d'orgueil pour m'en débarrasser.
Ce sera un boudoir pour "débouder"....




Repost 0
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 20:38
Conseil de lecture : scandez légèrement ce texte façon flow !!!



J'ai couru le monde,
Des soupes, j'en ai vu
J'en ai bu
Des rouges et des rondes
Des goulues, des qui fondent


Pot-au-feu et rascasse
Moulinée, vermicelle,
Je mitonne, je concasse
Et cueille jouvencelle.


Pour ferrer la minette,
J'ai ma recette,
Ma soupattitude :
Tu rappes, tu dénudes,
Tu coupes, tu découpes,
Tu haches tout,
Tu lâches tout.


Tu veux du potage à frime
De la chorba à la louche,
un pot à manouche,
Un piège à rimes-dream ?


Gadji !
Gare à tes miches
Me voilà riche
En haut débit.


Je te fais ma préface
J'te mijote, j'te cuisine
Et avant que tu te lasses
J'te rembobine.


Repost 0
Published by Renardo - dans textes décalés
commenter cet article
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 22:05

 

  Rions en coeur

Aux creux de nos jeux-thèmes

Croisons et décroisons

Le fer

De nos épais dilemmes:

Toi, moi et nous.

Vivons à deux

Nos lendemains

Ta main dans ma main.

Et malgré tout,

Si je t'écrivais une rose au coeur

Riras-tu de ma tendresse ?

Ta peau contre ma peau

Ta peur contre la mienne

Ta main dans ma main

Ta ligne de vie contre ma ligne de chance

Comme autant de destinées improbables.

Rions en coeur, mon ami,

Autour de nos je-nous.

Ployons et déployons

Nos corps-coeurs.

Laisse-moi mettre un peu de distance poétique

Dans ce monde rapide et moderne.

Enchantons le presque rien

Qui grave le sillon d'un avenir à venir.

                      

Repost 0
Published by Renardo - dans textes décalés
commenter cet article
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 15:19

Pour exercer sa créativité, il y a plein de petites astuces simples et pas chères pour peupler son quotidien de pensées extravagantes.

Hier matin, j'étais dans le bus. Il était à l'arrêt. Le chauffeur regardait le plan de son itinéraire.

J'ai imaginé alors que tout se passerait differemment, le chauffeur emprunta un chemin improbable, les occupants du bus courraient de partout. Nous longeames le canal du midi pour nous retrouver jusqu'à la mer et sauter dans les vagues...

Ce petit divertissement matinal, m'a donné une sorte de sourire intérieur, un petit bonheur.

Imaginez un peu une scène qui défie les règles des lois habituelles, vous verrez, c'est vivifiant.

 

Repost 0
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 18:16

Notre quotidien est encerclé et déterminé par des systèmes ; systèmes administratifs, économiques, financiers...Le monde n'est plus à la mesure de l'individu. Pourrions-nous aujourd'hui à titre individuel produire nos objets de consommation courante, coudre nos vêtements, fabriquer nos poteries, créer nos ornements ? L'art et la créativité se sont échappées de nos vies et peu d'activités échappent à l'emprise comptable des systèmes.

Or, le phénomène "internet", les Wikis, les peer-to-peer, la linuxmania et plus encore la blogosphère, participent au "réenchantement" du monde et la re-tribalisation des liens sociaux.

Les bloggueurs redécouvrent la créativité, l'esthétique, le plaisir au sein d'une communauté volontaire dans laquelle prévalent des valeurs que l'on croyait oubliées: ainsi les règles de politesse, de partage et parfois de générosité.

Les règles de politesse sont particulièrement intéressantes à observer, alors même que, paradoxalement, les relations sociales "in vivo" sont de plus en plus marquées par l'indifférence, la méfiance, le mépris qui portent les germes de l'impolitesse. Ainsi, les blogguers s'attachent à la forme et aux formes en soignant l'orthographe, bannissant le langage SMS ou les lettres capitales parce que cela veut dire que la personne crie.

Il y a là assuremment comme une re-création d'une sociabilité nouvelle autour d'un individu qui retrouve sa vraie nature.

 

Repost 0
Published by Renardo - dans le code des blogs
commenter cet article
6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 14:17

       Avertissement au lecteur:

Certains mots contenus dans ce texte ne sont plus très usités, aussi l'auteur a souhaité mettre un lexique à la disposition de ses lecteurs. L'auteur regrette que ces termes tombent en désuétude car, vous le constaterez, ils sont d'une furieuse actualité. Prochainement, l'auteur va ouvrir un refuge des mots en voie de disparition et attend vos propositions de termes à soutenir ; vos contributions personnelles y compris financières sont les bienvenus. La conservation de la langue française est à ce prix.

Conseils de lecture:

Laissez vous guider par votre imaginaire.

 

 

                       

                               

 

                                                Le tapeton jaune

Depuis quelques heures déjà, une femme fragélique attendait le tapeton pour se rendre en ville. La dame buibuissait lentement, s'inquiétant de savoir si le tapeton finirait par venir. Lasse, elle regardait le vent parcourir les champs de tournesols.

Toute à son observation, elle faillit manquer le passage du tapeton jaune qui rocamburait sur la nationale. Dans un pompotement infernal, le tapeton jaune s'arrêta brusquement devant la dame couverte de brocamboloques. Un nuage de fufussière monta des pneus du tapeton et la dame brocamboloquée s'esponna plusieurs fois. Les dégâts à l'intérieur du tapeton étaient perceptibles : tous les passagers se retrouvaient aglougloutinés à l'avant, tête-bêche. Un homme pâlocrate vomissait son dernier noctambouille alors qu'une vieille dame violettine pleurait la perte de ses bas de contension. La colère des tapetonneurs montait et le chauffeur furibond en profita pour sauter en bas de l'attelage hoquetant.

"C'est de vot' faut !" , crivocéra-t-il à la femme brocamboloquée et choquée. Un brouhaha gigantesque s'ensuivit alors que, déjà, les enfants fuifuissaient à travers champs et que les matrones ouvraient leurs paniers à pique-nique, chocolats et saucissons.

Là, tout n'était que puxes, crivocération et nolonté.

Une jeune femme socracéphale, jusque-là mutide, ramena tout ce monde à la raison. Acriborgée, elle parvint à faire remonter dans le tapeton les enfants, les matrones pique-niqueuses, le chauffeur furibond, la femme brocamboloquée et un peu secouée. Sitôt parvenue sur la plateforme, cette dernière demanda d'un ton rigidentoire son billet pour la ville. Elle voulait s'acheter des chaussures. Le chauffeur s'exécuta et de l'autre main actionna la clé de contact. Le tapeton jaune ne voulait rien savoir, s'écroula au sol et, sous la violence du choc, devint tout à fait vert.

Enjambant le corps du chauffeur qui venait de s'exécuter, les hommes forts se précipitèrent au bas du tapeton pour lui fixer des gdongdongs de secours. La réparation effectuée, les hommes forts reprirent leurs places ; le noctambouilleur se saisit du volant et claquetilla les portes.

Le tapeton poursuivit enfin sa route en bondillant sur la nationale dans un nuage de fufussière.

 

Les définitions très très particulières :

Fragélique : Se dit d'une personne carencée en manganèse

Buibuisser: Façon de déambuler lorsq'on attend le tapeton et que l'on a mis des chaussures trop petites.

Pâlocrate : Qui porte haut sa pâleur

Noctambouille : repas pris à la hâte en fin de soirée.

Fuifuiter: s'éloigner en toute hâte en prenant soin de se disperser.

Puxes : Action de mimer un pugilat tout en s'assurant que les copains vous retiennent.

Socracéphale : Capable de citer du Socrate sans sourciller.

Acriborgée: Carectère des personnes qui, généralement timides, deviennent,à la suite d'un choc, audacieuses et enjouées.

Gdongdongs : Sorte de pattes de sauterelle montées sur ressorts mécaniques.

 

 

Repost 0
Published by Renardo - dans textes décalés
commenter cet article
4 mars 2007 7 04 /03 /mars /2007 09:31

 

Je me suis infiltrée dans le monde très codifié du blog. Dans le forum où l'on peut se rencontrer et échanger, il y a une véritable structure anthropologique. D'après une première enquête de terrain sur les avatars et les pseudos, j'ai pu déjà constater qu'il existait des codes de bonnes conduites,des mythes, des règles de sociabilités.

Parmi les valeurs cadres, il y a la politesse, les blogueurs y font fréquemment référence. Avoir un avatar et un pseudo, c'est avant tout une politesse. A ceux qui pensent que le monde moderne perd ses valeurs, c'est un pied de nez !

Les avatars et le pseudo, c'est aussi une question de simplicité et d'efficacité de la relation. Et oui, comment pourrait t-on faire si on était tous des NC, c'est --à-dire des non-communiqués ? C'est pour ça que dans la vie vraie, on a des prénoms (marqueurs de l'identité personnelle) qui correspondent au pseudo, et des noms (marqueurs socio) plus proches des avatars.

Mais encore plus fascinants, ces éléments servent aussi à créer des liens de sociabilité, on se reconnait, on créé des affinités, certains parlent même d'amitié. Il y a aussi ceux qui souhaitent retrouver " l'âme" du blogueur, son caractère, sa personnalité à travers les signes de manifestation de soi.

Enfin, il y a des mythes, celui du NC, qui est impoli, ne souhaite pas créer des affinités et qui en plus raconte n'importe quoi. Lui, il est dans un "no-man's land", un territoire périphérique peuplé d'animaux magiques ...

 

Repost 0
Published by Renardo - dans le code des blogs
commenter cet article
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 22:49

Le monde du blog, je l'ai découvert hier. Je peux dire une chose : inutile de se pointer sans avatar ou sans pseudo, c'est pas sympa. C'est gênant, ça fait inhumain. L'univers blog est au moins aussi codé que l'univers social.

Autre chose, le tutoiement est de rigueur...

 

Repost 0
Published by Renardo - dans le code des blogs
commenter cet article