Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est Qui ?

  • : Le Blog du Renardo
  • Le Blog du Renardo
  • : des petits bonheurs, des reportages avec Renardo, un code des blogs, des textes décalés et de fines biographies, c'est ce que j'ai choisi de donner en lecture.
  • Contact

 

Je vous invite à cheminer sur ce blog,

et parcourir différentes rubriques :

Ainsi Renardo en reportage, Question du jour, les petits bonheurs,

le code des blogs et les

textes décalés.

 

Je vous souhaite une bonne lecture.

 




Texte libre


Expression du jour :
Je l'ai rencontrée aujourd'hui. Savez-vous ce que veut dire "l'enfer" d'une bibliothèque ????

C'est le rayon interdit, là où l'on range les auteurs sulfureux (type Sade, Céline...), les revues cochonnes...
L'enfer quoi !
L'Enfer de le bibliothèque Nationale a été créé en 1836. Aujourd'hui, le porno s'industrialise et se normalise au point que la notion d'obsédé sexuel est en passe de disparaître.


Archives

22 avril 2007 7 22 /04 /avril /2007 09:26

Waterloo , morne plaine...
Hier, je me demandais ce qui se passait, la tv, la radio qui jusque-là bruissaient de réflexions politiques, de sondages, là, rien nada. Et bien, à tout réfléchir, c'est vraiment une bonne chose cette espèce de mini-trève. Parce que ça fait 8 mois qu'on ne pense qu'à ça. On fait des préparatifs comme une jeune mariée, aussi hystérique.

Hier, rien ne semblait important...


Je mets tout de même cette petite image car il ne faudrait pas oublier que derrière ce silence, il y a tout de même de gros enjeux. Enfin, espérons encore que la politique a les moyens de peser sur la vie. En plus, ça me fait plaisir de voir ces images en entier, pas griffonées parce que dans ma ville, je n'en ai pas croisées d'entières...
Repost 0
Published by Popysabelle - dans question du jour
commenter cet article
21 avril 2007 6 21 /04 /avril /2007 20:41

J'ai une super recette de cookies, très facile et bien-sûr, super bonne. Le point principal est la cuisson. Il faut absolument respecter le temps de cuisson, sinon les cookies deviennent aussi durs que du calcaire. Et oui, madame ...

Alors les ingrédients :
Vous pouvez choisir le parfum que vous voulez (chocolat, noix de pécan, amande...). Là , je choisis amande...trop bon, ça ressemble aux amerreti italiens !

- 250 g de farine
-250 g d'amande râpée
-1/2 sachet de levure chimique
-1 pincée de sel
-1 oeuf
-125 g de sucre blanc en poudre
-125 g de sucre roux "cassonade" (ce qui va donner le côté croustillant)
-125 g de beurre ramolli
-concentré d'amande amère
-un peu de lait (ça assouplit les cookies)

et du papier sulfurisé
il faut aussi un four et deux saladiers

                                

Dans un saladier, je mélange l'oeuf et le sucre blanc, puis, lorsque le mélange a blanchi, je rajoute le beurre ramolli et quelques gouttes de concentré d'amande amère. (comme ça a du mal à se mélanger, on peut utiliser un batteur).
Dans l'autre saladier, je mélange la farine, l'amande râpée et le sucre roux; puis le sel et la levure.
Enfin, je verse le premier mélange mouillé sur le mélange sec. Cela donne une pâte assez compacte que je peux mouiller avec un peu de lait (1/2 verre). La pâte a un aspect sablé, c'est normal.
Je chauffe le four thermostat 7.

Je mets le papier sulfurisé sur une ou deux  (plutôt deux vu les quantités) plaques et je fais des cookies (quantité d'une cuillère à soupe) sur le papier sulfu.
Je veille à bien les espacer (environ 4 cm, ça va gonfler).
J'enfourne.

Et là, attention, 9-10 minutes pas plus ! Vous allez être surpris, les cookies sont encore tout mous, mais c'est un leurre, en fait , ils sont cuits.Je les sort, les mets sur une assiette en les protégeant avec du papier alu (ça les assouplit).

Et puis voilà. Miam

petit conseil : super bons avec du café ...

Cette recette fera un malheur auprès de vos collègues de bureau !!! Quant on travaille dans un bureau , il faut toujours avoir "sa" recette" très simple et trop bonne pour montrer qu'on n'est pas qu'une working girl, qu'on a aussi une vie dans sa ...cuisine !

Repost 0
Published by Popysabelle - dans Les petits bonheurs
commenter cet article
20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 13:10

L'avatar, voilà bien un objet virtuel qui est intéressant. On le sait, l'avatar représente graphiquement le blogueur, l'internaute. Je ne sais pas si vous connaissez le site "second life", mais dans ce site, les avatars peuvent vraiment vivre une seconde vie. (on dit aussi qu'un avatar consomme autant d'énergie qu'un brésilien moyen)
L'occasion peut-être pour beaucoup de changer de personnalité, de sexe, d'apparence. On peut imaginer que derrière  une véritable bombe sexuelle  se cache une mère de famille bien tranquille qui jongle entre couches et biberons. On peut imaginer un ado myopathe se transformer en véritable batman sur-musclé, un homme vivre enfin les émotions féminines qui lui sont interdites.
Derrière l'avatar, on peut penser au mensonge, à l'embellissement par rapport à notre vraie apparence ou notre vraie personnalité. Mais ces traits qui nous caractérisent dans la réalité ne sont-ils pas déjà des apparences ? Ce que l'on appelle "notre protection", l'enveloppe que nous montrons, est-elle au fond la réalité interne ?
Après tout, est-ce que l'avatar, notre représentation graphique n'est pas au fond ce que l'on souhaiterait être, parce qu'on l'est mais que l'on n'ose pas, à cause de notre éducation, nos expériences...?
L'avatar ne serait-il pas au fond plus juste vis-à-vis de notre soi ?

Repost 0
Published by Popysabelle - dans le code des blogs
commenter cet article
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 22:24

L'amour est une chose étrange. Une fois, je suis tombée amoureuse d'un personnage de littérature. Non pas de BD, non, d'un personnage d'un livre. Et puis pas n'importe lequel, de Ferdinand d'un "voyage au bout de la nuit", du sulfureux F. Céline.
Bien sûr, si je dois conseiller un livre, c'est bien celui-là. C'est un long voyage qui vous attend, un voyage où l'on rencontre tous les fantômes de nos croyances naïves, pour découvrir enfin, après avoir perdu toutes nos illusions, ce qui fait que la vie doit être vécue.
Bref. Donc amoureuse de Ferdinand car à chacun de ses pas, j'espèrais qu'il trouva le réconfort. Je le soutenais. Et quand il embrassait une femme, je voulais tant qu'il soit heureux. C'est un peu dingue, je l'avoue. Au moins autant que de dire: il y eut un avant et un après Ferdinand.

Parmi les nombreux "tableaux" de vie que rencontre le héros Ferdinand, il y l'Amérique avec ses promesses et sa dûreté. Ferdinand est un pauvre bougre et il "sort" avec une prostituée Molly. Elle est gentille et le fait vivre.
Voici quelques lignes:

Nous évitions avec Molly les confidences compliquées. Et puis elle était trop sincère pour avoir beaucoup de choses à dire à propos d'un chagrin. Ce qui se passait en dedans lui suffisait, dans son coeur. On s'embrassait. Mais je ne l'embrassais pas bien, comme j'aurais dû, à genoux en vérité. Toujours je pensais un peu à autre chose en même temps, à ne pas perdre du temps et de la tendresse, comme si je voulais tout garder pour je ne sais quoi de magnifique, de sublime, pour plus tard, mais pas pour Molly, et pas pour ça. Comme si la vie allait emporter, me cacher ce que je voulais savoir d'elle, de la vie au fond du noir, pendant que je perdrais de la ferveur à l'embrasser Molly, et qu'alors j'en aurais plus assez et que j'aurais tout perdu au bout du compte par manque de force, que la vie m'aurait trompé comme tous les autres, la Vie, la vraie maîtresse des véritables hommes.


Puis Ferdinand décide de quitter les Etats-Unis et dit aurevoir à Molly en lui jurant qu'il reviendra. Elle ne le croit pas.


Le train est entré en gare. Je n'étais plus très sûr de mon aventure quand j'ai vu la machine. Je l'ai embrassée Molly avec tout ce que j'avais de courage dans la carcasse. J'avais de la peine, de la vraie, pour une fois, pour tout le monde, pour tous les hommes.C'est peut-être ça qu'on cherche à travers la vie, rien que cela, le plus grand chagrin possible pour devenir soi-même avant de mourir.Des années ont passé depuis ce départ et puis des années encore... J'ai écrit souvent à Detroit et puis ailleurs à toutes les adresses dont je me souvenais et où l'on pouvait la connaître. Jamais je n'ai reçu de réponse.Je veux si elle peut encore me lire, d'un endroit que je connais pas, qu'elle sache bien que je n'ai pas changé pour elle, que je l'aime encore et toujours, à ma manière....

Je pense toujours en lisant ces lignes à toutes les promesses que j'ai faites et celle que l'on m'a fait. A toutes ces amours perdues et regrettées, parce que ce n'était pas le moment, par fierté...ou que sais-je.

Repost 0
Published by Popysabelle - dans textes décalés
commenter cet article
17 avril 2007 2 17 /04 /avril /2007 20:54

Il s'appelait Pascal. Nous avions 7 ou 8 ans. Nous étions voisins et nous allions à l'école ensemble. Dès fois, pendant les vacances, Pascal venait me chercher pour m'amener faire du vélo. Là, il me poursuivait en criant qu'il était amoureux de moi. Après ça, je remontais chez moi, les joues toutes rouges en disant à mes parents qu'il était amoureux...
Je l'aimais en secret.
Un jour, c'était un samedi. Je savais que c'était son anniversaire, alors je suis allée cueillir des fleurs, des myosotis sauvages et des boutons d'or. J'ai sonné chez lui. Il m'ouvrit. Il avait mis du gel dans ses cheveux et il portait une sorte de pantalon en cuir. Je lui tendis mon bouquet. Il me dit qu'il n'avait pas le temps car il attendait C., V et peut-être A. pour sa fête d'anniversaire. Il avait invité les filles les plus populaires de la classe. Mais pas moi.
Je n'ai jamais su si elles étaient venues.

Ci-dessus, une jolie photo de Michka.

Repost 0
Published by Popysabelle - dans textes décalés
commenter cet article
16 avril 2007 1 16 /04 /avril /2007 23:53

J'essaye perpétuellement d'avoir du plaisir dans ce que je fais, donner un tour plaisant à mes journées. En plus, dans mon éducation, j'ai appris à réprimer des énergies "négatives" comme la colère, la plainte, l'humeur maussade. Je considère certainement ces choses comme de la mauvaise éducation.

Mais n'est-ce pas utopiste que d'essayer de vivre perpétuellement en énergies positives, dans le respect d'autrui ?

A bien y réfléchir, je pense que cela a ses limites. D'une part parce que lorsque je ressens de telles émotions "négatives" chez l'autre, je le reconnais, ça m'agace. D'autre part, parceque j'ai également des énergies négatives qui me traversent.
En fait, j'ai l'impression qu'à chaque émotion ou sentiment correspond son opposé. Un peu comme si notre architecture émotionnelle fonctionnait comme du courant, avec un pôle - et un pôle +. Lorsque j'expose un pôle, je refoule un autre, qui finit par m'exploser au visage.
Mon éducation m'interdit de "déplaire" à l'autre. Lors d'un récent repas de famille, mon beau-frère, qui fonctionne généralement en mode "agressif" en perpétuelle conquête de territoire, m'a justement agressé verbalement. J'ai tenté de lui répondre et de refuser son agression. Chose assez inconcevable pour certains qui préfèrent le subir...
Au fond de moi, il y avait une petite voix qui me chuchotait : <<Mais pourquoi ne réprime-t-il pas son agressivité et n'essaye-t-il pas d'être plaisant ?>>

Evidemment, cette histoire me permet de réveler ma part d'ombre. En même temps qu'il m'est impossible de subir autant d'énergies négatives...mais pour m'en défendre, je dois bien sûr en passer par une certaine réaction d'agressivité. Sorte de pulsion animale, l'instinct de survie.

Voilà comment j'ai appris que j'étais moi aussi un ours, polaire...


Repost 0
Published by Popysabelle - dans Les petits bonheurs
commenter cet article
15 avril 2007 7 15 /04 /avril /2007 09:23

Les astres m'ont révélé l'horoscope de la semaine ...



Bélier :
Cette semaine est votre semaine. Tout vous sourit, Amour, Travail , Patrie...Evitez cependant les aéroports et les métros pendant les heures de pointe.

Taureau:
Comme pour toutes les autres bêtes à cornes, cette semaine, vous allez de l'avant. Les quatre pieds sur terre et la queue en l'air, vous bouleversez tout sur votre passage.

Gémeaux :
Grâce à la conjonction de Neptune et Mercure, vous, les as de de la communication, vous allez exploser votre BR et lâcher des coms à tout va.

Cancer :
C'est le printemps, profitez-en pour sortir de votre coquille, virez vos vieux bibelots. Une nouvelle importante vous attend en fin de semaine.

Lion:
Rien à signaler. La routine. Plan plan.

Vierge:
Ne vous reposez pas sur vos lauriers, tentez de nouveaux challenges, modifier votre CSS et pourquoi pas votre avatar.

Balance:
Peut-être une baisse de régime ? N'oubliez pas vos céréales matinales...

Scorpion:
Votre tendance au trolling sera exacerbée cette semaine. Soyez vigilant et ne vous laissez pas aller au relativisme moral, à l'indistinction du bien et du mal.

Sagittaire:
 Vous avez le vent en poupe. Popularité, régularité, si vous n'êtes pas encore en mode privilège, cela ne saurait tarder...

Capricorne:
Regardez-vous dans un miroir. Oui, là, et vous allez voir une tête de vainqueur !

Verseau:
Vous allez recevoir et donner beaucoup d'amour. Cette semaine, vous allez surfer en mode "adulte", chaud devant !

Poisson:
Vous vous agitez beaucoup mais sans efficacité. Votre tendance à la procrastination vous attirera des déconvenues. Attention au clavardage (bavardage sur le net).
Repost 0
Published by Renardo - dans question du jour
commenter cet article
14 avril 2007 6 14 /04 /avril /2007 18:14
Petite liste des petits trucs qui font trop plaisir

Le rythme de la vie est parfois si rapide qu'on oublie d'écouter notre petite voix intérieure qui nous supplie de respirer un peu.
Parce que je l'oublie souvent et particulièrement quand je devrais l'écouter, je me mets des petits pense-bêtes sur mon frigo des trucs-que-j'aime-faire. Je repense alors à ce moment agréable et je mets un grand sourire dans mon âme.

Voici quelques petits trucs :

- marcher sur un trottoir côté ensoleillé  
- me mettre du vernis rouge taffetas, y compris sur les ongles de pieds
-obtenir le maximum d'échantillons de crème dans une parfumerie
-recueuillir des pièces de monnaie oubliées dans une machine à café
-aller me faire un brushing "vamp" chez un coiffeur, comme ça, pour rien
-me faire un peeling maison avec du sucre en poudre et du miel
-écrire un mot d'amour à mon chéri
-relire tous les SMS d'amour de mon chéri
.....et plus encore

Et vous, vous avez des petits bonheurs ?
Repost 0
Published by Popysabelle - dans Les petits bonheurs
commenter cet article
13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 15:40

Le Panjab (que l'on peut écrire aussi Pendjab ou Punjab) est une province située au nord-ouest de l'Inde, sur les contreforts de l'Himalaya. C'est là qu'aujourd'hui, Renardo a décidé de se perdre.



Le Panjab, c'est :

Une population
Après la sanglante partition indo-pakistanaise de 1947 et l'exil de millions de personnes, le Panjab indien demeure constitué d'une population hétérogène, majoritairement des sikhs, mais aussi des hindous, des musulmans et une faible proportion de chrétiens (environ 2 % de la population de l'Etat).


Brève histoire du Panjab

Politique
La capitale actuelle du Panjab est Chandigarh, créée en 1957 pour symboliser la modernité indienne. C'est l'architecte Le Corbusier qui a dessiné ses principaux bâtiments administratifs et ébauché le plan de la ville. C'est ce qui lui donne cet aspect si singulier pour l'Inde d'une métropole carrée et méthodique par contraste avec les autres villes caractérisées par l'enchevêtrement.

Les langues
Les langues officielles sont  l'anglais et l'indi, mais c'est le Panjabi qui est  parlé le plus couramment. Le Panjabi est une langue issue du sanskrit et du persan, cristallisé dès le XVème siècle par des poètes "soufi". Selon la logique du sanskrit, le panjabi associe une lettre à un son ; il y a 40 consonnes dans l'alphabet et 10 voyelles "signes". L'ensemble donne une écriture extrêmement stylisée et relativement complexe pour le locuteur européen...X








Une plaine agricole
Situé sur les contreforts de l'Himalaya, le climat est dit "tropical froid". Ce qui signifie que l'hiver est froid et l'été très chaud (jusqu'à 45°) !!! Qu'on peut y trouver des fruits et légumes des régions froides côtoyer des bananes et des ananas.
Le panjab est une immense plaine agricole mise en valeur par "la révolution verte", c'est-à-dire en vertu de principes dirigistes communistes. Il demeure encore des "commissaires" à l'agriculture qui déterminent la planification agricole. Les agriculteurs-propriétaires, fermiers et ouvriers journaliers- pratiquent l'assolement biennal : 6 mois de culture de blé, 6 mois de culture du riz. L'introduction de rizières a nécessité le développement de l'irrigation. Aujourd'hui, la province est confrontée à l'assèchement des nappes phréatiques.
Véritable grenier de l'Inde, le Panjab constitue le moteur de l'auto-suffisance alimentaire voulue par la lignée des Gandhi.

Les paysans panjabi, désormais acteurs du grand marché mondial, sont confrontés à la baisse générale des prix agricoles et à la toute puissance des semenciers internationaux.

Ci dessus, un paysan qui répand à la main du fertilisant ...



Ci-dessus, le Temple d'Or des Sikhs. Il est bâti sur les eaux et lorque l'on s'y promène, on a  l'impression de tanguer.

                                                            



Repost 0
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 19:17

Des révélations incroyables sur les nuits à Versailles au temps de Louis XIV...




Au cours d'un récent voyage à Paris par train de nuit, après le Salon du livre (en concurrence avec celui des Vignerons indépendants...), je suis allée faire un petit tour à Versailles.
Le château, la chapelle du Roi, la fameuse galerie des glaces...tout cela était...doré et ma foi, attendu. Par contre,au petit Trianon, j'ai fait une découverte capitale à propos des moeurs de l'époque.
Dans une des chambres royales, j'ai été frappée par la petitesse du lit. J'en ai alors demandé la raison à une indigène du château qui m'a révélé qu'à l'époque, les gens ne dormaient pas allongés car cette position favorisait l'ouverture béante de la bouche et donc, favorisait l'entrée des démons.
A Versailles, on dormait donc quasiment assis, soutenus par de gros coussins.

Incroyable, non ?
En tous les cas, j'essayerais quoiqu'il m'en coûte de vous livrer ces reportages de l'extrême où l'insolite côtoie le solite jusqu'à ne constituer qu'une seule et même image.

Repost 0