Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Qui ?

  • : Le Blog du Renardo
  • Le Blog du Renardo
  • : des petits bonheurs, des reportages avec Renardo, un code des blogs, des textes décalés et de fines biographies, c'est ce que j'ai choisi de donner en lecture.
  • Contact

 

Je vous invite à cheminer sur ce blog,

et parcourir différentes rubriques :

Ainsi Renardo en reportage, Question du jour, les petits bonheurs,

le code des blogs et les

textes décalés.

 

Je vous souhaite une bonne lecture.

 




Texte libre


Expression du jour :
Je l'ai rencontrée aujourd'hui. Savez-vous ce que veut dire "l'enfer" d'une bibliothèque ????

C'est le rayon interdit, là où l'on range les auteurs sulfureux (type Sade, Céline...), les revues cochonnes...
L'enfer quoi !
L'Enfer de le bibliothèque Nationale a été créé en 1836. Aujourd'hui, le porno s'industrialise et se normalise au point que la notion d'obsédé sexuel est en passe de disparaître.


Archives

18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 22:24

L'amour est une chose étrange. Une fois, je suis tombée amoureuse d'un personnage de littérature. Non pas de BD, non, d'un personnage d'un livre. Et puis pas n'importe lequel, de Ferdinand d'un "voyage au bout de la nuit", du sulfureux F. Céline.
Bien sûr, si je dois conseiller un livre, c'est bien celui-là. C'est un long voyage qui vous attend, un voyage où l'on rencontre tous les fantômes de nos croyances naïves, pour découvrir enfin, après avoir perdu toutes nos illusions, ce qui fait que la vie doit être vécue.
Bref. Donc amoureuse de Ferdinand car à chacun de ses pas, j'espèrais qu'il trouva le réconfort. Je le soutenais. Et quand il embrassait une femme, je voulais tant qu'il soit heureux. C'est un peu dingue, je l'avoue. Au moins autant que de dire: il y eut un avant et un après Ferdinand.

Parmi les nombreux "tableaux" de vie que rencontre le héros Ferdinand, il y l'Amérique avec ses promesses et sa dûreté. Ferdinand est un pauvre bougre et il "sort" avec une prostituée Molly. Elle est gentille et le fait vivre.
Voici quelques lignes:

Nous évitions avec Molly les confidences compliquées. Et puis elle était trop sincère pour avoir beaucoup de choses à dire à propos d'un chagrin. Ce qui se passait en dedans lui suffisait, dans son coeur. On s'embrassait. Mais je ne l'embrassais pas bien, comme j'aurais dû, à genoux en vérité. Toujours je pensais un peu à autre chose en même temps, à ne pas perdre du temps et de la tendresse, comme si je voulais tout garder pour je ne sais quoi de magnifique, de sublime, pour plus tard, mais pas pour Molly, et pas pour ça. Comme si la vie allait emporter, me cacher ce que je voulais savoir d'elle, de la vie au fond du noir, pendant que je perdrais de la ferveur à l'embrasser Molly, et qu'alors j'en aurais plus assez et que j'aurais tout perdu au bout du compte par manque de force, que la vie m'aurait trompé comme tous les autres, la Vie, la vraie maîtresse des véritables hommes.


Puis Ferdinand décide de quitter les Etats-Unis et dit aurevoir à Molly en lui jurant qu'il reviendra. Elle ne le croit pas.


Le train est entré en gare. Je n'étais plus très sûr de mon aventure quand j'ai vu la machine. Je l'ai embrassée Molly avec tout ce que j'avais de courage dans la carcasse. J'avais de la peine, de la vraie, pour une fois, pour tout le monde, pour tous les hommes.C'est peut-être ça qu'on cherche à travers la vie, rien que cela, le plus grand chagrin possible pour devenir soi-même avant de mourir.Des années ont passé depuis ce départ et puis des années encore... J'ai écrit souvent à Detroit et puis ailleurs à toutes les adresses dont je me souvenais et où l'on pouvait la connaître. Jamais je n'ai reçu de réponse.Je veux si elle peut encore me lire, d'un endroit que je connais pas, qu'elle sache bien que je n'ai pas changé pour elle, que je l'aime encore et toujours, à ma manière....

Je pense toujours en lisant ces lignes à toutes les promesses que j'ai faites et celle que l'on m'a fait. A toutes ces amours perdues et regrettées, parce que ce n'était pas le moment, par fierté...ou que sais-je.

Partager cet article

Repost 0
Published by Popysabelle - dans textes décalés
commenter cet article

commentaires