Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est Qui ?

  • : Le Blog du Renardo
  • Le Blog du Renardo
  • : des petits bonheurs, des reportages avec Renardo, un code des blogs, des textes décalés et de fines biographies, c'est ce que j'ai choisi de donner en lecture.
  • Contact

 

Je vous invite à cheminer sur ce blog,

et parcourir différentes rubriques :

Ainsi Renardo en reportage, Question du jour, les petits bonheurs,

le code des blogs et les

textes décalés.

 

Je vous souhaite une bonne lecture.

 




Texte libre


Expression du jour :
Je l'ai rencontrée aujourd'hui. Savez-vous ce que veut dire "l'enfer" d'une bibliothèque ????

C'est le rayon interdit, là où l'on range les auteurs sulfureux (type Sade, Céline...), les revues cochonnes...
L'enfer quoi !
L'Enfer de le bibliothèque Nationale a été créé en 1836. Aujourd'hui, le porno s'industrialise et se normalise au point que la notion d'obsédé sexuel est en passe de disparaître.


Archives

23 janvier 2008 3 23 /01 /janvier /2008 22:55


C'est dans l'air, la délivrance des médicaments par les pharmacies uniquement a reçu récemment par des déclarations gouvernementales et par le rapport Attali (300 propositions pour la France) quelques coups de canif. L'idée c'est que les consommateurs puissent diversifier leur lieux d'achats de médicaments et , in fine, introduire une vraie concurrence entre les détaillants. L'idée paraît rationnelle, sauf qu'elle s'attaque à une réglementation relativement sclérosée de l'implantation des officines et la pratique du numerus clausus.

Il est naturel qu'une telle mise en concurrence fasse peur aux pharmaciens implantés sur la place, qui perdent leurs monoples et une part de leurs revenus. Quelle profession réagirait autrement ?

A l'étranger, notamment dans les pays anglo-saxons, comme les USA, l'Angleterre ou bien encore l'Irlande ont libéralisé le marché du médicament, alors même qu'ils ont des systèmes de santé extrêmement différents. Rappelons que le système britannique est un système étatique où les docteurs sont des sortes de fonctionnaires de l'Etat.
Toutefois, la forme du marché du médicament n'est pas la seule différence avec le système français. Des différences culturelles et industrielles sont à mettre en perspective. Culturellement, tout d'abord, le français est sur-médicamenté. Le révéler et orienter différemment la consommation fut un des objectifs de la publicité commandée par la Caisse nationale d'assurance maladie : <<Les antibiotiques, c'est pas automatique>>.  Cette publicité révélait qu'au fond, pour satisfaire l'insatiabilité des dévoreurs de médicaments, les prescripteurs avaient tendance à pousser à la sur-consommation de leurs clients. Parallèlement, si vous souffrez d'une gastro-entérite en France, vous ressortez avec une liste impressionnante de médicaments. La même maladie, aussi handicapante, est soignée au Royaume-Uni à l'aide de méthodes simples d'hygiène et de comportements alimentaires.
Par ailleurs, le packaging du médicament anglais est extrêmement sommaire et de nombreuses préparations sont "magistrales", c'est-à-dire, préparées en pharmacie.



Malgré tous nos médicaments, la France a un des taux de mortalité prématurée (avant 65 ans) les plus fort en Europe. Ainsi qu'une mortalité importante autant qu'inexpliquée des décés en couche.

Aussi, il est clair que le coût de la médicamentation en France n'est pas forcément à la hauteur des résultats en matière de santé publique.

Partager cet article

Repost 0
Published by popysabelle - dans question du jour
commenter cet article

commentaires